Beauté, Les Contes des Royaumes Tome 3, de Sarah Pinborough

L’histoire de Beauté se situe chronologiquement avant les deux tomes précédents.
On y rencontre un Prince profitant de la vie ainsi que de tous ses plaisirs, au grand damne de ses parents qui cherchent vainement à le faire grandir. Cette idée germe dans tous les esprits jusqu’à devenir un plan, un projet. Le prince a besoin d’un défi, d’une aventure qui lui permettra de révéler son potentiel.
C’est ainsi que le Chasseur et lui partent percer le mystère d’un étrange royaume ceinturé d’une immense forêt de ronces. En chemin, ils font la connaissance de Chaperon Rouge qui décide de les accompagner dans leur quête. Ensemble, les trois jeunes gens gagnent un royaume endormi où trône, dans un lit ouvragé, une princesse quasiment morte à la beauté enchanteresse.
Subjugué, le Prince délivre la Belle d’un tendre baiser sans savoir que, par ce geste, il vient de rompre un sortilège et par là même délivrer une bête …

Dans ce troisième volet des Contes des Royaumes, Sarah Pinborough choisit de revisiter pas moins de quatre histoires de notre enfance : La Belle au Bois dormant, bien sûr, mais aussi Le Petit Chaperon Rouge, La Belle et la Bête et enfin Raiponce.
Même si les événements s’enchaînent avec cohérence à une cadence respectable, je n’ai pas trop accroché avec ce livre, emprunt de cruauté et de libertinage. Je n’ai pas apprécié ce mélange de contes créant, pour moi, une cacophonie inutile.

En revanche, j’ai beaucoup été impressionnée par le travail accompli sur les personnages et leur psychologie. Grâce à ce tome, j’ai enfin pu comprendre l’étrange comportement du Prince qui m’avait laissée perplexe dans les tomes précédents. Je me suis délectée à suivre le Chasseur dans ses différentes missions et j’ai aussi souffert du destin de Belle qui subit sans relâche la domination de la bête.
Le style est toujours convaincant, l’univers bien bâti.

Beauté est donc une œuvre qui me laisse dubitative, plus par ses défauts que par ses qualités. Je crois qu’à trop vouloir mixer les contes traditionnels, l’auteure s’est quelque peu perdue sans avoir dans sa poche quelques jolis cailloux blancs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s